Rattrapage et nouvelles

Par défaut

Il semblerait la plupart d’entre vous n’aient pas été très assidu·es sur les internets récemment. Tut tut, n’essayez pas de mentir, j’ai mes sources. Pendant ce temps, je suis restée accrochée à mon ordinateur, pour le bien de La Cause bien sûr. Je vous propose donc une petite séance de rattrapage.

- En juillet, j’ai pris mes cliques, mes claques et mes bouquins et je me suis installée sur le carnet de recherche collaboratif Espaces réflexifs (une certaine conception des vacances). J’y ai fait une mise au point sur la controverse sur le genre et j’y ai publié deux séries de billets. La première, "Comment faire du genre?", porte sur la difficulté de faire des recherches sur le genre et sur les rapports entre recherche et militantisme. Dans la seconde, "De quoi le genre est-il le nom?", je m’interroge sur les différentes définitions qui existent du genre, notamment chez les anti-gender, chercheurEs et dans le militantisme trans.

- J’ai aussi squatté chez Les Vendredis Intellos pour une critique d’un beau roman de Marie Darrieussecq, Le bébé.

- Pendant que tout le monde avait le dos tourné, j’ai mis les pieds dans le plat et j’ai écrit un billet sur l’intransigeance dans le militantisme féministe; ce billet revient sur une BD féministe qui a beaucoup circulé: "Le féminisme, mais pour quoi faire?".

Lire la suite

Conf’atelier "L’éducation des filles et des garçons : comment la question du genre renouvelle notre regard sur l’enfant pour une approche plus égalitaire"

Par défaut

Les 25 et 26 octobre, l’association Les Vendredis Intellos organise à Toulouse ses troisièmes rencontres annuelles sur le thème "Nouveaux regards sur l’enfance. De quelle façon les dernières avancées scientifiques et prises de conscience sociétales nous ont-elles fait changer notre regard sur l’enfant ?"

L’association a pour but de construire des initiatives locales en faveur de l’éducation populaire, plus particulièrement dans les domaines de l’éducation, la périnatalité, l’enfance et la parentalité. Elle est basée à Lyon mais ouverte à tou·tes, parents ou non, notamment via son blog. Elle met à la disposition de ses membres une bibliothèque volante et organise tous les ans des rencontres IRL.

Je participerai aux prochaines rencontres dans le cadre d’une conférence-atelier (plus atelier que conférence, promis) sur le thème "L’éducation des filles et des garçons : comment la question du genre renouvelle notre regard sur l’enfant pour une approche plus égalitaire". Mon but n’est pas de délivrer un cours magistral sur le genre mais de permettre une réflexion en commun sur les enjeux liés au genre, à l’éducation et à l’égalité.

Lire la suite

Des questions ?

Par défaut

Je me rends compte, ces derniers temps, que j’ai paradoxalement de moins en moins de conversations en ligne au sujet du genre et du féminisme. Je limite mes réponses aux commentaires par manque de temps (et souvent, je l’avoue, par manque d’envie ou de courage, après avoir écrit tout un article sur le sujet). Les discussions sont parfois possibles sur ma page Facebook mais je n’aime pas tellement ce média; quant à Twitter, ce n’est évidemment pas la plate-forme idéale pour des débats; cela permet de courtes conversations, qui peuvent facilement partir en vrille. J’aime beaucoup utiliser Twitter mais on y est très exposé·e, surtout en tant que femme et féministe, ce qui me met facilement à cran. Pourtant, quand j’ai commencé à bloguer, il y a presque trois ans, mon objectif n’était évidemment pas de monologuer mais bien d’engager la discussion.

Je mène donc une petite expérience pédago-militante. Si vous avez des questions sur le genre et le féminisme, vous pouvez désormais me les poser sur mon compte Ask.fm (il faut créer un compte mais c’est très simple). Je ne promets évidemment pas de répondre à tout, mais je ferai de mon mieux, en sachant quand même que 1) je n’ai pas la science infuse et 2) j’ai un peu peur du temps que ça me prendra. J’espère au passage que vos questions éventuelles me donneront des idées pour des posts de blog (promis, je recommence à bloguer sous peu).

Résidence temporaire

Par défaut

Cette note rapide, juste pour vous signaler que je prends mes quartiers ce mois-ci dans la "Villa réflexive", un carnet de recherches participatif qui accueille un·e invité·e tous les mois et parle de genre toute l’année. J’y reviens dans un premier billet sur la controverse autour du Gender (du point de vue de la recherche, cette fois), puis j’évoquerai le rapport entre militantisme et recherche, la difficulté de mener des recherches sur les réalités liées au genre, des questions linguistiques… (clic clic)

Cliquez sur l'image pour accéder au site.

Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Je publie bientôt sur ce blog, j’ai dû le laisser de côté un temps pour cause de déménagement. A très vite!

Arguments anti-féministes (5) "Mais les hommes aussi…"

Par défaut

Je reprends ma série sur les arguments anti-féministes là où je l’avais laissée, notamment parce qu’on m’a fait remarquer que sur mon tumblr "Conseils aux féministes" je ne donnais pas de clés pour répondre aux arguments présentés. Ce n’est pas le but du tumblr, mais cette série d’articles en propose quelques-unes.

Un argument très récurrent consiste à présenter les situations des femmes et des hommes comme symétriques. Quelques exemples (qui viennent avec un trigger warning pour l’évocation des violences conjugales, violences faites aux femmes, viol):

- Quand on parle de male gaze (soit le fait, pour les femmes, d’être soumises en permanence au regard hétéro masculin et jugées selon leur apparence): "mais les femmes aiment aussi regarder les hommes!"

- Quand on parle de jeux vidéo et de féminisation/sexualisation à outrance des personnages féminins: "Mais les personnages masculins aussi peuvent être sexualisés!" Aussi connu sous le nom de "point Nathan Drake". Tout un article de Mar_Lard sur ce sujet: "Genre et Jeu vidéo (3) : Des muscles et des couilles".

Lire la suite

Premier Congrès des études de genre en France

Par défaut

Le premier Congrès des études de genre aura lieu à Lyon, du 3 au 5 septembre prochains (site internet). Je copie ci-dessous la présentation du site.

"A l’heure où la pertinence et la légitimité scientifiques des études de genre sont enfin reconnues en France, l’Institut du Genre CNRS/Universités organise le premier Congrès dans ce domaine à l’échelon national.

Il permettra de faire la démonstration de l’importance scientifique, de la vitalité et de la diversité des études de genre en France et dans le monde francophone, en dressant le tableau le plus complet possible des recherches menées actuellement dans ce domaine. Le Congrès accueillera à la fois des ateliers portant sur des thématiques ou des objets de recherche déjà bien identifiés, et des ateliers portant sur des thématiques émergentes, fruits de croisements disciplinaires ou de questionnements nouveaux. En même temps qu’aux avancées scientifiques reconnues, place sera donnée aux tournants épistémologiques récents et aux nouvelles perspectives théoriques. Enfin, suivant les engagements scientifiques de l’Institut du Genre, recherches interdisciplinaires, approches transversales et confrontations inédites de langages et de paradigmes, seront à l’honneur.

Lire la suite

Dans ma bibliothèque – David Leland, I wish you were here (1987)

Par défaut

Traduction française: Too much ! La notice Wikipédia que je mets en lien révèle l’intrigue du film, je vais essayer de l’éviter au maximum ici.

Dans cette rubrique, je parle de livres (fiction et non-fiction) et de films qui m’aident à réfléchir au féminisme et au genre. Aujourd’hui il s’agit d’un film britannique de 1987 réalisé par David Leland, qui a fait sa notoriété.

leland

Lynda a 16 ans et vit, dans les années 1950, dans une petite ville britannique en bord de mer avec son père et sa petite soeur, qu’elle déteste. Lynda s’ennuie et refuse de se fondre dans le moule dessiné pour elle. Elle jure beaucoup (son juron préféré est "up you bum!", "dans ton cul"), insulte tout le monde, a quitté l’école et ne parvient à garder aucun travail auquel elle s’essaie ou qu’on la force à prendre. Le film se centre sur ses premières expériences sexuelles.

Lire la suite

Conseils aux féministes, etc.

Par défaut

- Je commence un nouveau Tumblr, alimenté par les nombreux conseils, reçus ou lus ça et là, sur la façon d’être une Bonne Féministe. Conseils donnés par des non-féministes, évidemment. Conseils aux féministes

- Pour les adeptes de podcasts, je recommande cette série d’émissions (4 en tout) intitulée "Genre: une question internationale". Elles ont été diffusées la semaine dernière sur France Culture.

Présentation de la série:

Du « printemps français » et sa lutte conservatrice contre les théories du genre, aux « printemps arabes « et leur lien avec les mouvements féministes, le développement et la diffusion des études de genre dans le monde soulèvent bien des paradoxes.
Comment concilier lutte féministe sur le terrain et reconnaissance scientifique à l’université ? La mondialisation des « gender studies » implique-t-elle une domination américaine de la conception du genre ? Existe-t-il une école européenne de l’étude de genre ?
De Providence (USA) à Dakar, en passant par Alger et Barcelone, le monde entier pense désormais la construction sociale du genre. Et cela ne va pas sans quelques frictions et quelques crispations…

- Je découvre, 10 ans après tout le monde apparemment, le site AuFémininPointConne ("Pour notre profit, soyez bonnes, soyez connes"). Ce site parodique met le doigt sur ce qui fait mal et sur ce qui ne tourne pas rond dans la presse dite "féminine". Une lecture nécessaire et vivement recommandée!

C’est l’histoire d’un tueur misogyne qui n’intéressait personne…

Par défaut

… à part les féministes (qu’est-ce qu’elles nous emmerdent celles-là).

L’histoire se passe en Californie. Elliot Rodger, 22 ans, a tué le 24 mai 6 personnes et blessé au moins treize autres avant de se suicider. Un détail intéresse beaucoup la presse: il est le fils du réalisateur Peter Rodger, qui a participé au film Hunger Games.

Il y a cependant une partie de l’histoire qui n’intéresse pas grand-monde. Avant de commettre cette tuerie, Rodger a publié sur Youtube une vidéo. Je cite un article du Monde:

On y voit Elliot Rodger, assis derrière son volant, se filmer et raconter pendant sept minutes sa solitude, sa haine du monde et son amertume d’être rejeté par les femmes. Il affirme notamment qu’il s’agit de sa « dernière vidéo » et annonce le « jour du châtiment », disant vouloir prendre sa « revanche sur l’humanité » et notamment sur les femmes. Le jeune homme dit avoir souffert de solitude et de rejet.

Lire la suite