La Manif pour-tous-mais-contre… la recherche scientifique

Aujourd’hui (17 novembre 2016) et demain se tient à Paris un colloque intitulé « La gestation pour autrui: resituer la France dans le monde. Représentations, encadrements et pratiques », co-organisé par l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED), l’Ecole de Hautes Etudes en Sciences sociales (EHESS), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et le Muséum National d’Histoire Naturelle. On en trouvera ici l’argumentaire scientifique (c’est-à-dire le texte de présentation des fondements et attendus du colloque). Cet argumentaire fait état d’une réalité minoritaire, complexe et vivement controversée, et formule l’objectif

d’analyser et de discuter la diversité des situations, encadrements, expériences relatives à la GPA dans le monde afin de mieux comprendre la pratique, son développement au niveau local et international et ses impacts ; et nourrir ainsi, de façon scientifique, les débats existants, y compris ceux soulevés en France ces dernières années ». Le programme rassemble des interventant·es de différentes disciplines (sciences juridiques, anthropologues, sociologues, démographes, médecins) et différents contextes nationaux (Etats-Unis, Inde, Australie, Royaume-Uni, Mexique, Bulgarie, Belgique, etc.). Les organisatrices/teurs présentent cet évènement comme le « premier colloque scientifique international en France sur la GPA.

En septembre 2014 avait lieu une autre première: il s’agissait à l’époque du « premier congrès des études de genre en France », auquel j’avais participé notamment en tant qu’intervenante (ma communication portait sur l’expression théorie du genre). J’avais à l’époque relaté sur ce blog les réactions de La Manif Pour Tous et de différents groupes traditionnalistes et d’extrême-droite:

Nous avons reçu la visite de manifestant·es (appel lancé par les « sentinelles », « En marche pour l’enfance » et « Enfant des terreaux », groupes religieux et d’extrême-droite). Ils se sont plantés devant l’ENS, ont pris des photos des gens qui se trouvaient dans le hall et des étudiant·es qui sortaient […]. Action Française n’allait pas manquer la fête (il y avait une cinquantaine de ces autocollants devant l’ENS quand l’équipe d’organisation est arrivée vendredi matin):

action-francaise

Pourquoi ces groupes s’attaquent-ils à des colloques scientifiques? Pour le comprendre, d’abord, un peu de contexte.

Du « mariage pour tous » à la GPA, la PMA et au genre

En mai 2013, la loi permettant l’ouverture du mariage aux couples de même sexe est adoptée par le Parlement français. On aurait pu croire que le collectif Manif Pour Tous, qui s’était formé spécifiquement pour combattre l’introduction de cette loi, allait perdre toute raison d’être et disparaître. Mais leur action s’est simplement redéfinie: en plus de demander l’abrogation de la loi, LMPT recentre son discours, à partir de l’été 2013, sur le « gender », la GPA et la PMA. J’ai largement parlé de leur militantisme antigenre sur ce blog et ne reviens donc pas là-dessus (cf notamment ce billet). Mais pourquoi militer contre la GPA et la PMA? Parce qu’il s’agit de deux revendications liées au mariage pour tous. Les couples lesbiens revendiquent l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) et reprochent au gouvernement socialiste d’avoir abandonné cet aspect de la loi en cours de route. Quant à la gestation pour autrui (GPA), c’est une méthode utilisée notamment par les couples gays.

Évidemment, ni la PMA ni la GPA ne sont spécifiques aux couples homosexuels, et il ne serait sans doute jamais venu à l’idée des responsables de LMPT de manifester contre ces pratiques avant la mobilisation sur le mariage pour tous. Contrairement à la PMA, couramment pratiquée (mais toujours interdite en principe aux couples homosexuels), la GPA est aujourd’hui interdite en France. Elle n’en est pas moins utilisée (de manière marginale) par des couples français, homosexuels ou non, ayant recours à des mères porteuses dans des pays où la pratique est légale. Cela crée un problème juridique pour les enfants qui, nés à l’étranger grâce à une pratique non reconnue par la France, se voyaient jusqu’en 2014 refuser la nationalité française. En juin 2014, la Cour Européenne des droits de l’homme a statué: ces enfants peuvent désormais obtenir la nationalité française, décision confirmée par le Cour de Cassation en 2015. (Pour plus de détails sur la GPA en France, on peut se reporter à cette page Wikipédia, qui est bien faite.)

Le militantisme de LMPT sur ce sujet suit deux axes principaux. Le premier est légal: il s’agit d’empêcher la légalisation de cette pratique en France. Le deuxième se veut centré sur les droits des femmes et des enfants, comme on le voit dans leur communication officielle:

campagne-lmpt_gpa

On remarque que cette communication ne mentionne jamais l’homosexualité. Nous sommes censé·es croire, apparemment, que LMPT s’est réinventé comme porte-drapeau des droits des femmes, alors que le parti (oui oui, LMPT est désormais un parti politique, c’est une histoire de gros sous) a par ailleurs des liens plus qu’étroits, par exemple, avec des organisations anti-IVG comme la fondation Lejeune. Même effacement de la question de l’homosexualité dans leur action contre le colloque sur la GPA:

Cliquer pour afficher en plus grand

Cliquer pour afficher en plus grand

Mais tout le monde n’a apparemment pas reçu le mémo (@pvgberge est le compte de Pierre Bergé):

Quand LMPT milite contre la recherche scientifique

Je reviens donc sur ce fameux colloque. Qu’est-ce qu’on lui reproche? D’être organisé par des « pro-GPA » et de violer donc la nécessaire neutralité scientifique. En consultant le programme du colloque, vous pourrez vous faire une idée de son contenu réel.

La solution? Demander son annulation et faire pression sur les organisatrices/teurs et sur les intervenant·es.

Le président de l’EHESS, Pierre-Cyrille Hautcoeur, qui dit « comprendre la position engagée » de la Manif pour tous, s’est déclaré « choqué qu’on cherche à empêcher la tenue d’un colloque ». « Lundi matin, il y avait devant le siège de l’école des marquages au sol anti-GPA. C’est de l’intimidation. Ce ne sont pas des méthodes dignes d’un pays démocratique » (source: Le Figaro)

 

Comme on le voit dans la lettre de LMPT ci-dessus, il est reproché à Valérie Pécresse, en tant que présidente de la région Ile-de-France, de financer ce colloque. LMPT et différents groupes associés ont donc fait pression sur Pécresse pour qu’elle retire ce supposé soutien. Un mot d’explication ici: pour toute manifestation scientifique, surtout de cette ampleur, on se tourne vers de multiples sources de financement public, voire parfois privé. Les établissements de recherche disposent de divers moyens de financement, mais il est normal et souvent nécessaire de demander un soutien, même minime, à la ville, au département ou à la région où l’évènement est organisé. En l’occurrence, le financement apporté par la région Ile-de-France est lié au fait que, parmi les 16 « domaines d’intérêt majeur » définis sous la présidence précédente, figure le pôle « Genre, inégalités, discriminations ».

Or Pécresse avait fait campagne en s’appuyant explicitement sur l’électorat LMPT (rien d’étonnant, puisqu’elle avait manifesté contre le mariage pour tous):

Je suis pour l’égalité homme-femme, c’est à la racine de mes convictions. L’égalité oui, mais pas l’indifférenciation des sexes [qui est] un projet politique, une idéologie. On ne subventionnera pas la théorie du genre. (source: L’Express)

Un de ses tracts de campagne parlait vaguement de « plusieurs dizaines de milliers d’euros » de subvention « pour promouvoir la théorie du genre », subvention qu’elle promettait de ne pas reconduire.

Il y a quelques jours, la présidente de la région Ile-de-France a adressé aux militant·es antigenre et anti-GPA la réponse suivante:

Cliquer pour afficher en plus grand

Cliquer pour afficher en plus grand

Pécresse commence par se dédouaner (le financement a été décidé par son prédécesseur), avant d’affirmer qu’il serait « contraire aux principes républicains qu’une autorité politique revienne sur les choix souverains d’un jury scientifique » (on se demande d’ailleurs à quel « jury » cette lettre fait allusion: cela montre pour le moins une ignorance du fonctionnement de la recherche…). Mais l’important est ce qui suit: la réaffirmation 1) de l’opposition du conseil régional « à la gestation pour autrui et à toutes formes de marchandisation du corps humain » et 2) du retrait du soutien de la région aux études de genre.

Le colloque sur la GPA se déroule bel et bien à l’heure où j’écris, malgré les pressions militantes. Il n’en reste pas moins que LMPT peut se targuer d’avoir mis un frein considérable au développement de la recherche sur le genre en Ile-de-France.

Une tendance très inquiétante

Il ne s’agit là, je le disais, que d’une offensive parmi d’autres contre la recherche sur des sujets liés (de près ou de loin) au genre. En décembre 2012, par exemple, deux député·es UMP déposaient une « Proposition de résolution demandant la création d’une commission d’enquête sur l’introduction et la diffusion de la théorie du gender en France ». Il était notamment question d' »établir précisément les vecteurs de promotion de la théorie du gender dans notre pays – [et] en évaluer les conséquences pour la collectivité nationale ». Le fait que les militant·es antigenre et anti-GPA n’hésitent pas à demander l’interdiction de colloques scientifiques et à intimider de façon très concrète les personnes qui portent ces recherches est, selon moi, le symptôme d’un climat de rejet de la parole des « expert·es », climat largement entretenu dans des discours populistes comme celui du nouveau président orange des États-Unis. Les expert·es sont accusé·es soit de militantisme, comme c’est le cas ici; soit d’être déconnecté·es de la réalité et de colporter des mensonges allant contre le « sens commun »; soit, enfin, d’excuser un phénomène en l’expliquant. Tous ces discours relèvent, fondamentalement, de la même logique de méfiance contre la recherche.

Je ne dis pas (surtout pas!) que la recherche devrait être inattaquable et rester dans sa tour d’ivoire. J’espère avoir prouvé au fil des années que je propose exactement le contraire. Je pense que les chercheur·es, surtout s’illes travaillent sur le social, ont la responsabilité de se frotter sans cesse au réel. Mais pour que la recherche soit possible, il faut aussi lui permettre d’opérer dans ses propres espaces, et dans un temps qui n’est pas celui, effréné, de l’actualité – ni celui du militantisme. C’est un paradoxe qui peut sembler compliqué à comprendre, mais pour pouvoir décrire adéquatement le réel, les chercheur·es ont parfois (je dis bien: parfois, et de façon momentanée) besoin de s’en extraire. C’est à cette condition seulement que nous sommes en mesure de faire un pas de côté et de poser les questions que personne d’autre ne posera à notre place, comme ce colloque qui cherche à faire le point sur la pratique de la GPA, à comprendre ses enjeux et à s’interroger sur le futur de cette pratique et de la législation à ce sujet. Militer contre la GPA ne peut pas se traduire par la censure de toute recherche sur la GPA. LMPT affirme avoir compris de cette pratique tout ce qu’il y avait à en savoir: c’est de l’esclavage, point. L’enjeu de la recherche est justement de mettre à mal de telles évidences et d’expliquer un monde complexe, où tout n’est jamais blanc ou noir. Malheureusement, la complexité n’a pas bonne presse ces temps-ci.

Le consentement, point aveugle de la formation des médecins

Je relaie, sans modifications, le texte d’une tribune rédigée par Béatrice Kammerer, Clara de Bort de Marie-Hélène Lahaye – les signatures en moins.
Il est possible de signer cette tribune et la pétition qui l’accompagne.
Tous les détails et le texte original, avec les signataires, ici.

Doit-on enseigner aux jeunes médecins le toucher vaginal sur patientes endormies au bloc opératoire ? Les multiples déclarations reprises ces derniers jours dans un grand nombre d’articles viennent d’établir la réalité d’une pratique jusqu’alors largement niée. Selon les déclarations récentes de médecins, ces actes « n’auraient jamais existé », ou « auraient existé dans le passé mais ne seraient plus d’actualité », ou encore « existent effectivement et sont légitimes ». Bon nombre de professionnels de la santé et d’internes nous ont expliqué qu’ils doivent apprendre leur métier, et qu’il est préférable que la patiente ne sente rien, ne se souvienne pas que plusieurs inconnus sont passés la « voir ». Certains témoignages citent également les touchers rectaux, actes moins fréquents mais réalisés eux aussi à strictes fins d’apprentissage, sans vérification du consentement de l’intéressé. Ce n’est pourtant pas un geste anodin, ni pour le-a patient-e ni pour l’étudiant-e futur-e médecin.

Lire la suite

Retour sur le premier congrès des études de genre en France

Je fais une pause dans ma série sur les slogans féministes pour faire un petit bilan personnel du premier congrès des études de genre en France, qui s’est tenu à Lyon du 3 au 5 septembre. J’y ai participé à plusieurs titres, en tant qu’intervenante, spectatrice et membre du comité d’organisation (je faisais partie des petites mains qui s’occupaient de l’accueil et de l’orientation des congressistes ainsi que de la gestion des salles). Je vais d’abord évoquer le bilan scientifique du congrès, puis revenir sur la (fausse) polémique qui l’a entouré. Précisons d’emblée, puisque certain·es crient à la « censure », que toutes les séances ont fait l’objet d’une captation de la part de l’Institut du genre (audio pour les ateliers, vidéo pour les plénières); elles devraient être mises en ligne dans les mois qui viennent (cela demande un gros travail).

Tout d’abord, donc, sur le plan scientifique, je crois pouvoir dire que ce premier congrès fut un grand succès, et pas seulement par son ampleur. Il ne s’agit pas, loin de là, du premier colloque en France sur les études de genre, mais l’appellation « premier congrès » est liée au fait qu’il s’agissait de réunir, pour la première fois, un très grand nombre des acteurs et actrices de la recherche française sur le genre, sans thème général. Le congrès s’organisait autour d’une douzaine d’axes thématiques. Les sujets abordés ont été extrêmement variés, et de nombreuses disciplines représentées: il a été question d’histoire, de géographie, de philosophie, de sport, de psychanalyse, de linguistique, d’éducation… Les 500 participant·es avaient, lors de chaque session, le choix entre 5 ou 6 « ateliers » parallèles (54 ateliers ont eu lieu sur les 3 jours): « Rapports de genre dans l’histoire littéraire », « Genre, pratiques discursives, politiques du discours », « Genre et web politique », « Genre et droit », « Femmes et activités économiques », « Genre et territoires »… Les ateliers étaient globalement de très grande qualité, les conversations riches et souvent animées, les débats passionnants. J’ai été frappée par le nombre de jeunes, voire très jeunes chercheurs et chercheuses, et par la jeunesse aussi du public, même s’il y avait aussi un grand nombre de figures du champ des études de genre et de nombreux/ses chercheurs et chercheuses confirmé·es. Si ce congrès a bien montré une chose, c’est la variété et le dynamisme de ce champ de recherche.

Lire la suite

C’est l’histoire d’un tueur misogyne qui n’intéressait personne…

… à part les féministes (qu’est-ce qu’elles nous emmerdent celles-là).

L’histoire se passe en Californie. Elliot Rodger, 22 ans, a tué le 24 mai 6 personnes et blessé au moins treize autres avant de se suicider. Un détail intéresse beaucoup la presse: il est le fils du réalisateur Peter Rodger, qui a participé au film Hunger Games.

Il y a cependant une partie de l’histoire qui n’intéresse pas grand-monde. Avant de commettre cette tuerie, Rodger a publié sur Youtube une vidéo. Je cite un article du Monde:

On y voit Elliot Rodger, assis derrière son volant, se filmer et raconter pendant sept minutes sa solitude, sa haine du monde et son amertume d’être rejeté par les femmes. Il affirme notamment qu’il s’agit de sa « dernière vidéo » et annonce le « jour du châtiment », disant vouloir prendre sa « revanche sur l’humanité » et notamment sur les femmes. Le jeune homme dit avoir souffert de solitude et de rejet.

Lire la suite

Harceleurs, agresseurs ou simples « relous »?

L’expression est utilisée par des militantes contre le harcèlement de rue, qui ont inauguré hier une « zone anti-relous » à Paris. Cela, quelques jours après une agression sexuelle dont a été victime une femme à Lille et qui a beaucoup fait parler; non pas, malheureusement, à cause de son caractère exceptionnel, mais parce que personne n’est intervenu pendant les 30 minutes qu’a duré son calvaire.

L’initiative de ces militantes est louable et il faut absolument agir contre le harcèlement de rue. Mais leur choix de vocabulaire me pose vraiment problème.

Les hommes qui harcèlent et agressent les femmes dans l’espace public ne sont pas des « relous ». Les désigner ainsi revient à minimiser l’acte en question. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de harcèlement: ce ne sont pas des cas isolés, des types lourds, des exceptions. C’est une des manifestations de la domination masculine et de l’appropriation masculine de l’espace public. Une manière de « remettre les femmes à leur place » en leur montrant bien qu’elles ne peuvent échapper ni au regard, ni à l’emprise des hommes. Que quoi qu’elles fassent, il ne faut jamais, jamais qu’elles oublient leur statut de femmes, c’est-à-dire d’objets sexuels à disposition du sexe masculin.

Lire la suite

Empathie médiatique et violences contre les femmes

En ce moment se déroule le procès de Marcel Guillot, accusé d’avoir battu à mort et abandonné dans un ruisseau attenant à sa maison une amie, Nicole El Dib. Pour les médias, la particularité de ce procès est qu’il concerne « le plus vieil accusé de France »: il a 93 ans. Mais c’est justement le traitement médiatique et l’empathie pour l’accusé qui ont attiré mon attention.

Comme me l’a fait remarquer @MelleArmelle sur Twitter, Le Télégramme fait particulièrement fort en reprenant en titre le sobriquet « Papy Marcel », avancé par l’avocat de Marcel Guillot: « C’est un homme sans histoire, serviable, jamais violent, qu’on appelle communément Papy Marcel ». La stratégie de la défense semble claire: provoquer de la compassion à l’égard de ce très vieil homme qui, comme il le dit, avait un « béguin » pour la victime et avait été « éconduit » par elle. Deux motifs de compassion, donc: son âge et son statut d’amoureux déçu.

Lire la suite

La Crimée « se donne à la Russie », ou la métaphore hétérosexuelle

J’ai été frappée d’entendre et de voir à plusieurs reprises la relation entre la Crimée et l’Ukraine évoquée en termes sexuels, et plus particulièrement hétérosexuels. Oh, rien de pornographique, mais la métaphore me paraît intéressante.

Je l’ai d’abord entendu il y a quelques jours dans une émission de la BBC, qui annonçait « Crimea will give itself to Russia » (la Crimée va se donner à la Russie). Le Journal Du Dimanche a lui aussi choisi la métaphore du « don » sexuel en titrant dimanche dernier, avant même les résultats du référendum, « La Crimée se donne au frère russe » (sic).

Lire la suite

Parlons de genre

Cet article a d’abord été publié sur le site du laboratoire auquel j’appartiens, GenERe (Genre: Epistémologie & Recherches). En ce week-end de nouvelles manifestations contre l’égalité des droits et contre la « théorie du genre », je le reblogue ici et vous invite à le partager largement pour faire taire les rumeurs.

Je vous invite aussi à consulter http://labogenere.fr/ pour des informations et des ressources sur les études de genre.

Il en a déjà été question sur ce site : depuis 2011, la controverse sur le genre prend de l’ampleur. Elle est née dans des milieux catholiques, s’alarmant de l’introduction du concept (« genre ») dans des manuels de SVT (voir à ce sujet le dossier « La querelle des manuels scolaires » sur le blog d’Anthony Favier, Comprendre le genre catholique). Elle a trouvé un nouveau souffle avec le mouvement « Manif Pour Tous » qui, comme de nombreux/euses opposant·e·s à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, voit dans ce projet la marque d’une « théorie du genre » à l’oeuvre dans les politiques publiques.

Lire la suite

Féminisation = déclassement : Cher M. Compagnon

Cher M. Compagnon,

Je voudrais vous faire part de ma perplexité. Peut-être pourriez-vous m’aider, d’ailleurs. Voyez-vous, j’ai toujours voulu être prof en collège ou lycée. J’ai réussi les concours, mais ai finalement décidé de passer mon tour pour faire une thèse et enseigner à l’université. Il n’empêche que l’enseignement reste ma vocation. J’aurais été fière et heureuse d’enseigner dans le secondaire. Oh, bien sûr, cette perspective me faisait aussi peur. Ce n’est pas un métier facile, il suffit d’écouter les profs pour s’en rendre compte.

Et puis hier, voilà que je découvre une interview de vous intitulée « Professeur, un métier sans évolution ». Les connaissances qui l’ont déjà lue ont l’air très en colère. Alors je clique. Et je vois que vous êtes vous aussi, M. Compagnon, préoccupé par l’avenir du métier. Mais pas pour les mêmes raisons.

Lire la suite

« Théorie du genre »: la belle aubaine

Un nouvel ennemi est apparu dans les radars de la droite. Cela a commencé avec des manuels de SVT, s’est renforcé avec les manifs de la honte et les mouvements anti-« mariage pour tous ». Personne ne savait très bien de quoi il s’agissait, mais on savait que c’était mal. Le mot d’ordre s’est répandu : le lobby gayo-franco-maçonno-gauchiste a trouvé un nouveau truc, ça s’appelle la théorie du genre et c’est mal. Il paraît qu’ils veulent l’enseigner à l’école. Il paraît qu’ils disent que le sexe ça n’existe pas, ou alors qu’on peut choisir son sexe (on ne sait pas trop), qu’ils renient la nature et qu’ils veulent qu’on devienne tous homos. Le Mal, on vous dit.

Le mot d’ordre s’est répandu comme une traînée de poudre. Sur les listes de diffusion paroissiales d’abord, puis grâce aux blogs, aux sites dédiés, aux réseaux sociaux. La « théorie du genre » est une idéologie, un nouveau totalitarisme. Elle n’a aucun fondement scientifique, évidemment, puisqu’elle est issue des sciences humaines. On lui prête vie: elle menace nos enfants, elle s’introduit insidieusement dans les lois, les programmes scolaires. Les gauchos veulent qu’elle soit enseignée dès l’école maternelle (pensez à ces pauvres enfants obligés de lire Butler et Foucault dans le texte).

Alors il faut résister : mieux, il faut combattre.

On avait vu le débat prendre de l’ampleur avec la question du « mariage pour tous » ; depuis quelques semaines, les choses semblent s’emballer. Un indicateur: le mot-clé « théorie du genre » sur Twitter, fournisseur d’éclats de rire et de larmes de rage depuis plusieurs mois. Le combat contre l’égalité des droits a été perdu, mais les homophobes se sont trouvé un nouveau cheval de bataille – ah, pardon, on me signale que c’est dit sans homophobie aucune.

Interrogée sur cette fameuse « théorie du genre » dont tout le monde parle, la ministre des droits des femmes a répondu qu’elle n’existait pas (allélulia). Qu’elle ne savait pas ce que c’était. Que ce qu’elle connaissait, ce sont les études de genre. Elle a bien fait. Seulement, ce n’est pas suffisant : les adversaires des études de genre la traitent maintenant de « menteuse ». Pourquoi ? Parce qu’ils et elles croient dur comme fer qu’une telle « théorie » existe. La formule est devenue mot d’ordre. Elle est impropre, polémique, contestée par les chercheuses et chercheurs en études de genre, mais elle a désormais acquis une réalité, une consistance propre. Nous voilà forcé·e·s de nous situer par rapport à elle – même si ce n’est que pour rappeler qu’elle n’existe pas.

Pourquoi un tel emballement ? Comment cet objet vide, issu du discours du Vatican sur le concept de genre, est-il devenu un enjeu de société ? La réponse est très complexe et il faudra sans doute plus de recul pour en percevoir tous les enjeux. On peut cependant d’ores et déjà constater que cette « théorie du genre » est une belle aubaine pour les conservatismes de tous poils. On connaissait déjà le discours homophobe sur l’homosexualité « contre-nature », qui avait déjà été mobilisé lors du débat sur le PaCS et est réapparu à l’occasion de celui sur le « mariage pour tous » – avec une variante cependant : les conservateurs se sont trouvé un ennemi. Un ennemi avouable, car il ne s’agit pas des homosexuel·le·s, mais de la « théorie du genre ».

Certes, on la présente comme une invention du « lobby gay » destinée à justifier l’homosexualité ; mais tout cela est dit sous couvert de débat d’idées [rires enregistrés], de contestation de ce qui n’est qu’une simple théorie (ou bien est-ce un dogme ? ou une idéologie ? ou tout cela en même temps ?). On n’attaque pas les homosexuel·le·s, non : on attaque le « lobby gay », l’idéologie gay. On est gayphobe, pas homophobe. Dernière offensive en date, on prétend faire la lumière sur les sombres origines de la « théorie du genre » : elle aurait été inventée par le docteur John Money, un psychiatre soupçonné de pédophilie(1). Tiens, tiens : pédophilie, genre… La « théorie du genre » ne serait-elle pas un moyen de justifier la bien-connue pédophilie des homos ? – Mais sans homophobie, sans rancune, donc.

https://twitter.com/UnSingeSavant/status/344383494501330945

Money

AC Husson

Notes
(1) Où l’on réalise que le combat contre la « théorie du genre » doit beaucoup à… la théorie du complot. Le psychologue John Money a en effet utilisé le concept de « genre » (gender) pour désigner ce qui, dans l’identité « féminine » et « masculine », ne relève pas du biologique. Ce n’est cependant pas l’inventeur du concept, qu’on doit à une conjonction de travaux, et en particulier à ceux menés dans les années 60 par le psychiatre Robert Stoller sur l’identité sexuelle. On peut aussi remonter aux travaux de l’anthropologue Margaret Mead, mettant en évidence le caractère social de ce qu’on désignait jusqu’alors comme des caractéristiques naturelles sexuées. Il est bien plus utile cependant pour les adversaires des études de genre de se concentrer sur la figure de John Money, qui prônait effectivement la tolérance envers la pédophilie et pensait que les personnes intersexuées devaient être réassignées vers un sexe ou l’autre; son traitement du cas de David Reimer est devenu célèbre. De plus, ce que l’on appelle gender studies (études de genre, études sur le genre) n’a pas été créé par Money ou Stoller mais est issu de la réappropriation par les féministes de la « 2ème vague » du concept de genre. Cette réappropriation conduit rapidement à s’éloigner de l’usage original du concept.
Cf. Eric Fassin, « Le genre aux Etats-Unis et en France », dans Agora débats/jeunesses, 41, 2006. pp. 12-21.