Parlons de genre

Cet article a d’abord été publié sur le site du laboratoire auquel j’appartiens, GenERe (Genre: Epistémologie & Recherches). En ce week-end de nouvelles manifestations contre l’égalité des droits et contre la « théorie du genre », je le reblogue ici et vous invite à le partager largement pour faire taire les rumeurs.

Je vous invite aussi à consulter http://labogenere.fr/ pour des informations et des ressources sur les études de genre.

Il en a déjà été question sur ce site : depuis 2011, la controverse sur le genre prend de l’ampleur. Elle est née dans des milieux catholiques, s’alarmant de l’introduction du concept (« genre ») dans des manuels de SVT (voir à ce sujet le dossier « La querelle des manuels scolaires » sur le blog d’Anthony Favier, Comprendre le genre catholique). Elle a trouvé un nouveau souffle avec le mouvement « Manif Pour Tous » qui, comme de nombreux/euses opposant·e·s à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, voit dans ce projet la marque d’une « théorie du genre » à l’oeuvre dans les politiques publiques.

Lire la suite

Publicités

Féminisation = déclassement : Cher M. Compagnon

Cher M. Compagnon,

Je voudrais vous faire part de ma perplexité. Peut-être pourriez-vous m’aider, d’ailleurs. Voyez-vous, j’ai toujours voulu être prof en collège ou lycée. J’ai réussi les concours, mais ai finalement décidé de passer mon tour pour faire une thèse et enseigner à l’université. Il n’empêche que l’enseignement reste ma vocation. J’aurais été fière et heureuse d’enseigner dans le secondaire. Oh, bien sûr, cette perspective me faisait aussi peur. Ce n’est pas un métier facile, il suffit d’écouter les profs pour s’en rendre compte.

Et puis hier, voilà que je découvre une interview de vous intitulée « Professeur, un métier sans évolution ». Les connaissances qui l’ont déjà lue ont l’air très en colère. Alors je clique. Et je vois que vous êtes vous aussi, M. Compagnon, préoccupé par l’avenir du métier. Mais pas pour les mêmes raisons.

Lire la suite

« Théorie du genre »: la belle aubaine

Un nouvel ennemi est apparu dans les radars de la droite. Cela a commencé avec des manuels de SVT, s’est renforcé avec les manifs de la honte et les mouvements anti-« mariage pour tous ». Personne ne savait très bien de quoi il s’agissait, mais on savait que c’était mal. Le mot d’ordre s’est répandu : le lobby gayo-franco-maçonno-gauchiste a trouvé un nouveau truc, ça s’appelle la théorie du genre et c’est mal. Il paraît qu’ils veulent l’enseigner à l’école. Il paraît qu’ils disent que le sexe ça n’existe pas, ou alors qu’on peut choisir son sexe (on ne sait pas trop), qu’ils renient la nature et qu’ils veulent qu’on devienne tous homos. Le Mal, on vous dit.

Le mot d’ordre s’est répandu comme une traînée de poudre. Sur les listes de diffusion paroissiales d’abord, puis grâce aux blogs, aux sites dédiés, aux réseaux sociaux. La « théorie du genre » est une idéologie, un nouveau totalitarisme. Elle n’a aucun fondement scientifique, évidemment, puisqu’elle est issue des sciences humaines. On lui prête vie: elle menace nos enfants, elle s’introduit insidieusement dans les lois, les programmes scolaires. Les gauchos veulent qu’elle soit enseignée dès l’école maternelle (pensez à ces pauvres enfants obligés de lire Butler et Foucault dans le texte).

Alors il faut résister : mieux, il faut combattre.

On avait vu le débat prendre de l’ampleur avec la question du « mariage pour tous » ; depuis quelques semaines, les choses semblent s’emballer. Un indicateur: le mot-clé « théorie du genre » sur Twitter, fournisseur d’éclats de rire et de larmes de rage depuis plusieurs mois. Le combat contre l’égalité des droits a été perdu, mais les homophobes se sont trouvé un nouveau cheval de bataille – ah, pardon, on me signale que c’est dit sans homophobie aucune.

Interrogée sur cette fameuse « théorie du genre » dont tout le monde parle, la ministre des droits des femmes a répondu qu’elle n’existait pas (allélulia). Qu’elle ne savait pas ce que c’était. Que ce qu’elle connaissait, ce sont les études de genre. Elle a bien fait. Seulement, ce n’est pas suffisant : les adversaires des études de genre la traitent maintenant de « menteuse ». Pourquoi ? Parce qu’ils et elles croient dur comme fer qu’une telle « théorie » existe. La formule est devenue mot d’ordre. Elle est impropre, polémique, contestée par les chercheuses et chercheurs en études de genre, mais elle a désormais acquis une réalité, une consistance propre. Nous voilà forcé·e·s de nous situer par rapport à elle – même si ce n’est que pour rappeler qu’elle n’existe pas.

Pourquoi un tel emballement ? Comment cet objet vide, issu du discours du Vatican sur le concept de genre, est-il devenu un enjeu de société ? La réponse est très complexe et il faudra sans doute plus de recul pour en percevoir tous les enjeux. On peut cependant d’ores et déjà constater que cette « théorie du genre » est une belle aubaine pour les conservatismes de tous poils. On connaissait déjà le discours homophobe sur l’homosexualité « contre-nature », qui avait déjà été mobilisé lors du débat sur le PaCS et est réapparu à l’occasion de celui sur le « mariage pour tous » – avec une variante cependant : les conservateurs se sont trouvé un ennemi. Un ennemi avouable, car il ne s’agit pas des homosexuel·le·s, mais de la « théorie du genre ».

Certes, on la présente comme une invention du « lobby gay » destinée à justifier l’homosexualité ; mais tout cela est dit sous couvert de débat d’idées [rires enregistrés], de contestation de ce qui n’est qu’une simple théorie (ou bien est-ce un dogme ? ou une idéologie ? ou tout cela en même temps ?). On n’attaque pas les homosexuel·le·s, non : on attaque le « lobby gay », l’idéologie gay. On est gayphobe, pas homophobe. Dernière offensive en date, on prétend faire la lumière sur les sombres origines de la « théorie du genre » : elle aurait été inventée par le docteur John Money, un psychiatre soupçonné de pédophilie(1). Tiens, tiens : pédophilie, genre… La « théorie du genre » ne serait-elle pas un moyen de justifier la bien-connue pédophilie des homos ? – Mais sans homophobie, sans rancune, donc.

https://twitter.com/UnSingeSavant/status/344383494501330945

Money

AC Husson

Notes
(1) Où l’on réalise que le combat contre la « théorie du genre » doit beaucoup à… la théorie du complot. Le psychologue John Money a en effet utilisé le concept de « genre » (gender) pour désigner ce qui, dans l’identité « féminine » et « masculine », ne relève pas du biologique. Ce n’est cependant pas l’inventeur du concept, qu’on doit à une conjonction de travaux, et en particulier à ceux menés dans les années 60 par le psychiatre Robert Stoller sur l’identité sexuelle. On peut aussi remonter aux travaux de l’anthropologue Margaret Mead, mettant en évidence le caractère social de ce qu’on désignait jusqu’alors comme des caractéristiques naturelles sexuées. Il est bien plus utile cependant pour les adversaires des études de genre de se concentrer sur la figure de John Money, qui prônait effectivement la tolérance envers la pédophilie et pensait que les personnes intersexuées devaient être réassignées vers un sexe ou l’autre; son traitement du cas de David Reimer est devenu célèbre. De plus, ce que l’on appelle gender studies (études de genre, études sur le genre) n’a pas été créé par Money ou Stoller mais est issu de la réappropriation par les féministes de la « 2ème vague » du concept de genre. Cette réappropriation conduit rapidement à s’éloigner de l’usage original du concept.
Cf. Eric Fassin, « Le genre aux Etats-Unis et en France », dans Agora débats/jeunesses, 41, 2006. pp. 12-21.

Autrefois, je ne voulais pas me marier

Cet article est une contribution d’A. Maruani, merci à elle. Si vous voulez contribuer à ce blog, vous pouvez écrire à l’adresse cafaitgenre[at]gmail.com.

——————–

Certaines lois sont le reflet des mœurs et des mentalités, d’autres contribuent à les faire évoluer. La loi sur le mariage pour tous est enfin passée, mais pas sans douleur, et peut-être pas sans conséquences sur la vie des homosexuel·le·s  aujourd’hui, qui doivent faire face à une violence redoublée, qui est en partie la conséquence des appels haineux d’une certaine Frigide. C’est néanmoins une loi historique pour ces hommes et ces femmes qui n’avaient jusque là pas les mêmes droits que les autres, mais aussi, et plus largement, pour la société française homophobe/hétérocentrée et patriarcale/sexiste, qui contribuera, il faut l’espérer, à la faire évoluer à l’image de l’Espagne (12 ans après la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, 70% des Espagnols s’y disent favorables).

Je suis une femme hétérosexuelle et j’ai milité pour le mariage pour tous. Ca n’était pas seulement pour soutenir mes ami·e·s homosexuel·le·s, mais aussi par conviction féministe.

Je voudrais d’abord revenir sur le double discours dangereux parce que tordu et malin, qui a été développé par les anti-mariage homo. La violence des propos et la haine homophobe a été soutenue par un prétendu droit faussement révolutionnaire, en réalité ultra-conservateur, au politiquement incorrect, à « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas » (cette idée me rend bien triste)[1].  Cette haine de l’autre s’est aussi dérobée sous une hypocrite et puante récupération de la posture multiculturaliste (ça fait moderne), pervertissant le respect  des « différences », que le couple hétérosexuel protégerait : la différence des sexes. Ces arguments absurdes ont tout autant révélé l’homophobie inquiétante d’une partie de la société que sa relation privilégiée avec un sexisme structurel et mental, fortement ancré.
Il faut nous poser la question : pourquoi tant de remous haineux autour d’une loi qui ne concernerait qu’une minorité de gens, pourrait-on dire? Parce qu’il est question d’égalité et donc d’une classe de privilégiés qui doit renoncer à certains avantages au nom de cette même égalité. Sauf que, contrairement au privilège économique, le privilège hétérosexuel n’est pas un privilège de l’ « avoir » : si des homosexuels se marient, ils n’empêchent pas les hétérosexuels de se marier…mais cette union n’a plus le même sens. Il est question moins de l’ « avoir » que de l’ « être », donc l’homophobie est bien ce qui sous-tend l’opposition au mariage, qui revendique le droit à la différence, le droit de n’être « pas comme eux », et surtout, d’être « plus qu’eux », le droit d’être caractérisé par une union légitime, dont les institutions sociales (et donc fiscales) sont solidaires.  Au-delà de cette question déjà traitée par la rédactrice de « Genre ! », l’intersectionnalité du mouvement féministe doit être précisée en ce qui concerne le combat homosexuel, et le mariage pour tous  est un observatoire social intéressant : parce que cette réforme touche à une institution éminemment patriarcale, la résistance à première vue inattendue à ce changement est moins le fait d’extrémistes religieux, obscurantistes et arriérés que du patriarcat qui constitue notre société moderne, qui soutient cette opposition haineuse en faisant mine de ne pas y toucher.

Cette loi contribue à faire bouger, de façon plus ou moins douloureuse, les schémas hétérocentrés de la majorité. On a pu dire que la plupart des hétérosexuels acceptaient avec plus ou moins d’indifférence ou de sympathie le mariage homosexuel avec un refrain tel que : « laissez-les se marier, ils font ce qu’ils veulent, ça ne vous retire rien, à vous » (enchainant par un « parlons de la crise »). On faisait sembler d’ignorer de ce fait un point crucial, que les opposants au mariage ont eu raison (ça me fait mal de dire ça mais il faut bien être juste) de remarquer, rétorquant : « vous vous trompez, ça nous retire « l’intégrité » de notre mariage, institution hétérosexuelle privilégiée ». Le mariage ne sera donc plus ce qu’il était. C’est justement ce que je souhaite en militant pour cette loi.

Les homosexuel·le·s questionnent moins les frontières du genre quand ils/elles sont seul·e·s, par leur individualité, même si leur sexualité est posée comme différente, que quand ils/elles sont en couple. En effet, le couple homosexuel, en tant qu’il met en relation deux sexes identiques, non hiérarchisés[2], questionne l’existence de la virilité comme domination de l’autre, de la femme. Deux individus non préalablement car socialement différenciés dans un rapport de domination, sur une échelle de valeur qui est celle du patriarcat (en substance, homme > femme > animal), prennent le risque d’échanger, de s’inventer, sauf à jouer des rôles genrés préétablis (et encore, en jouant un rôle, on ne cesse d’avoir conscience que le genre n’est qu’un rôle, qu’il n’est pas figé dans l’essentialisme : rôle de femme quand on est un homme, rôle d’homme quand on est une femme).

Le couple hétérosexuel, quant à lui, est composé de deux sexes différents, mais ça n’est pas synonyme d’ouverture et d’accueil de l’autre, bien au contraire, et bien que certains voudraient nous le faire croire (sinon – raisonnement par l’absurde – on ne comprendrait pas pourquoi des siècles d’hétérosexualité « institutionnalisée » auraient coïncidé avec des siècles d’oppression de la femme). Il est surtout, souvent malgré lui, structuré hiérarchiquement. Dans la  société patriarcale qui a inventé le mariage comme union dont sont exclu·e·s les homosexuel·le·s, c’est comme si un homme ne pouvait paradoxalement se lier qu’à une femme, et réciproquement, comme si les femmes devaient être mises « sous-contrôle », comme si l’essence, la raison d’être de la seule union « légitime », l’union homme-femme, était le renoncement des femmes à l’égalité, à entrer en  compétition réelle avec l’homme, à être plus que le complément de douceur légèrement méprisable de la vie de l’homme, la seule vie qui compte en définitive. Compétition économique d’abord ; le refrain est connu et pour longtemps encore : non égalité des salaires à travail égal, double journée entre les enfants, la maison et le travail, non parité en entreprise comme en politique, sans compter toutes les vexations plus ou moins symboliques. Bref, je vous renvoie au reste de ce blog.

Le mariage est une union et un lien, dans les deux sens du terme ; il a longtemps été utilisé pour asservir la femme, et aujourd’hui, lié à la filiation et à la procréation, il le fait sans le dire, de façon insidieuse, donc plus difficile à faire évoluer car il était jusqu’alors l’image même de l’hétérosexualité privilégiée par la société, hétérosexualité inscrite et liée à la supériorité supposée de l’homme sur la femme. Bref, en pratique, le mariage dans une société patriarcale contribue à renforcer et maintenir le statu quo, car quand le mari gagne plus que la femme (ce qui est le cas de figure le plus répandu) ou même qu’on suppose a priori qu’il a des chances de mieux réussir, ou que c’est son rôle, que la femme doit sacrifier son travail, son temps pour s’occuper du ménage, des enfants, de son mari, bref, de pour s’occuper de son mariage. Ainsi une femme mariée est en quelque sorte « handicapée » par son mariage si elle souhaite faire carrière : son patron lui supposera des envies d’enfants, qui seront malades, etc, l’homme marié lui, n’en tire que des avantages, profitant en sus d’un statut social respectable.

Le mariage, on l’aura compris, est une institution hautement « hétérosexuelle », c’est-à-dire  silencieusement oppressive pour la femme hétérosexuelle, mais bien plus encore pour la femme homosexuelle qui doit faire face à une sorte de « double peine », une surcharge de discrimination  contre celle qui est à la fois considérée comme une femme, être inférieur, et une non-femme (un monstre autrement dit) en ce qu’elle ne se lie pas charnellement ni légalement/ légitimement à un homme.

Le mariage homosexuel contribuera à bousculer la patriarcat en donnant une autre image du couple légitime, qui n’est plus l’union stable et hiérarchisée d’un homme et d’une femme, « différents et complémentaires », l’un bleu, l’autre rose (car ça a l’air tellement plus équilibré et ça égaye les manifs’) mais de deux individus sans distinction de genre.  Le mariage pour tous a des conséquences sur toute la société et les individus qui la composent en faisant du mariage en général une union « égalitaire », à réinventer. Ce qui dérange en réalité les hétérosexuel·le·s qui sont contre cette loi, ce qui leur fait peur, c’est ce surplus potentiel de pouvoir qui est donné à tous les opprimés, lorsque le maillage étouffant des normes et des hiérarchies est progressivement détendu pour laisser passer un peu d’air, de lumière, d’avenir : d’où la nécessité pour les féministes de soutenir les homosexuel·le·s dans leur lutte.

——————–

Notes

[1] Il faut peut être rappeler que c’était précisément la stratégie des antisémites fascistes de l’entre-deux-guerres : les pamphlets de Céline sont instructifs de ce côté-là, prétendant toujours prendre des risques pour parler, ne pas réussir à se faire entendre, agir en clandestin courageux (on a entendu ça aussi, de la part des « anti », ce qui est totalement faux puisque qu’on les a trop entendu il me semble) dans une société qu’il fantasme comme gouvernée par les Juifs, de façon souterraine. La même « théorie du complot » a pu être régulièrement transposée aux gays et lesbiennes, ce qui me laisse penseuse et angoissée.

[2] Sexes identiques : ça ne veut pas dire que les homosexuels refusent le contact avec l’autre, ne veulent pas sortir d’eux-mêmes pour aller vers l’autre sexe (critique vulgarisée par les psychanalystes), bien au contraire, l’autre individu est toujours différent, quelque soit son sexe si on n’identifie pas le sexe au genre.

Cyborg Thatcher

Parmi les innombrables réactions suscitées au Royaume-Uni par la mort de Margaret Thatcher, celle-ci est assez remarquable. La députée travailliste Glenda Jackson a tenu ce discours à la House of Commons pendant la session d’hommage à l’ancienne Première Ministre:

Après avoir longuement détaillé les méfaits du thatchérisme, elle conclut en réagissant aux discours saluant en Thatcher la première femme Première Ministre (à partir de 5’42):

    I am of a generation that was raised by women, as the men had all gone to war to defend our freedoms. They did not just run a Government; they ran a country. The women whom I knew, who raised me and millions of people like me, who ran our factories and our businesses, and who put out the fires when the bombs dropped, would not have recognised their definition of womanliness as incorporating an iconic model of Margaret Thatcher. To pay tribute to the first Prime Minister denoted by female gender, okay; but a woman? Not on my terms.
    Je suis d’une génération qui a été élevée par des femmes, car les hommes étaient tous partis à la guerre pour défendre nos libertés. Elles ne faisaient pas que diriger un gouvernement: elles dirigeaient un pays. Les femmes que j’ai connues, qui m’ont élevée, ainsi que des millions de gens comme moi, qui dirigeaient nos usines et nos commerces, et qui éteignaient les incendies quand les bombes tombaient, n’auraient pas reconnu leur définition de la féminité comme incarnée par Margaret Thatcher. Rendre hommage au premier Premier Ministre désignée par le genre féminin, d’accord; mais une femme? Pas selon ma définition.

Qu’est-ce qui, selon cette députée, a rendu Margaret Thatcher indigne (car c’est bien de cela qu’il s’agit) d’être une femme? Sa « définition » est celle d’une féminité idéalisée s’incarnant dans un peuple de mères courage. Thatcher a dirigé un gouvernement (plusieurs, en fait) mais elle ne mérite pas le nom de « femme ». Le thatchérisme, dit-elle, représente la consécration de tout ce qu’elle a appris à considérer comme des « vices », qui deviennent des vertus: l’appât du gain, l’égoïsme, le mépris des plus faibles, bien loin du care traditionnellement confié aux femmes. Thatcher aurait donc perdu son droit au titre de « femme » – non pas en accédant à la fonction de première ministre, mais en renonçant aux valeurs traditionnellement associées à la féminité.

Margaret Thatcher n’est pas une « femme » – je n’emploie pas le mot au sens biologique, bien sûr – car elle ne correspond pas à l’idée que les sociétés occidentales se fait de « la femme ». Mais (n’ayons pas peur d’enfoncer des portes ouvertes) elle n’est pas non plus un homme: on nous l’a suffisamment rappelé, son sexe biologique la rend unique , originale, une espèce de monstre de la nature. Elle est la première femme Première Ministre, la Dame de Fer. Cette expression, « Iron Lady », a été utilisée pour la première fois par un journaliste soviétique en 1976 en référence à son inflexibilité; il ne s’agissait pas d’un compliment, mais l’expression est restée et illustre le mélange de répulsion et, parfois, d’admiration suscité par l’intransigeance de Thatcher. Mais l’expression est aussi devenue récurrente pour désigner des femmes chefs de gouvernement (la liste est impressionnante): ces femmes déterminées, ambitieuses, fermes ne peuvent être que des « dames de fer », de Benazir Bhutto à Julia Gillard en passant par Yulia Tymoshenko.

Car oui, il faut le dire et le redire: on a beau ne pas aimer Margaret Thatcher (je ne l’aime pas, je ne la respecte pas, ni elle ni ses idée), il faut reconnaître qu’il y a une part de sexisme dans la haine qu’elle suscite. Jean-Pierre Langellier dans Le Monde la qualifie de « nymphomane de la politique ». Est-ce qu’il voulait simplement dire qu’elle était ambitieuse? Qu’elle aimait la politique, le pouvoir? En quoi cela fait d’elle une nymphomane? L’expression sonne comme un rappel: on avait failli oublier qu’elle était une femme, la ramener à sa sexualité (ou plutôt à un fantasme sexuel masculin) est apparemment le meilleur moyen de le rappeler.

Cyborg_Thatcher

AC Husson

——————–

Le blog de Janine: http://janinebd.fr/

Pour aller plus loin:

– Donna Haraway, Le manifeste cyborg : la science , la technologie et le féminisme-socialiste vers la fin du XXème siecle, 1ère publication: 1992.
– Vient de paraître (pas lu): Mérabha Benchikh, Femmes politiques: « le troisième sexe »?, Paris, L’Harmattan, 2013.
– Sur le Guardian: « Margaret Thatcher was no feminist ».
– Sur le blog Heaven Can Wait: « Margaret Thatcher: la Lilith du XXème siècle… »
– Catherine Achin et Elsa Dorlin, « ‘J’ai changé, toi non plus’. La fabrique d’un-e Présidentiable : Sarkozy/Royal au prisme du genre », Mouvements, 5 avril 2007.
– Fabienne Brugère, « Jusqu’où ira le care ? », La Vie des idées, 4 octobre 2010.

Bêtisier parlementaire

A moins que vous n’ayez pas quitté votre igloo cette semaine, vous savez que le projet de loi « Mariage pour tous » a été adopté mardi à l’Assemblée Nationale par 329 voix contre 229. On peut donc se réjouir… en attendant l’examen au Sénat à partir du 2 avril.

Je vous propose de fêter cela avec un bêtisier parlementaire. Parmi toutes les bêtises et les horreurs que l’on a entendues ces dernières semaines, certaines ont particulièrement attiré mon attention: il a beaucoup été question de la Grande, Méchante, Épouvantable THEORIE DU GENDER *frissons* *cris* *évanouissements*.

Le genre a été évoqué pas moins d’une quarantaine de fois en 24 séances de discussion publique, presque toujours par des député·e·s de l’opposition. Parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer, je vous propose mon top 5, tiré des compte-rendus des débats (en ligne sur le site de l’Assemblée Nationale). On applaudit d’ores et déjà bien fort les trolls de l’UMP, qui occupent une bonne place dans le haut du classement.

*NUMÉRO 5 ex aequo*

Patrick Ollier (UMP) en croisé contre des comploteurs masqués:

    « Une fois privé de sa référence à l’engendrement de l’enfant, la filiation, pour la majorité socialiste, découle seulement de la volonté, de l’intention ou du projet parental. C’est la parenté sociale. La parenté n’est plus fondée sur un rapport de filiation mais seulement d’éducation. C’est donc la théorie du genre qui se dessine ainsi progressivement et que nous démasquons peu à peu. L’égalité par l’effacement des sexes, c’est précisément ce dont nous ne voulons pas. »

Ollier

Clap. Clap. Clap.
Les enfants adoptés et parents adoptifs apprécieront.

Philippe Gosselin (UMP), lui, voit déjà le débarquement ennemi. Quand Sandrine Hurel (PS), qui parle d’«égalité des genres », il s’exclame:

    « L’égalité des genres! Le gender arrive! »
Christiane Taubira n'y tient plus.

Christiane Taubira n’y tient plus.

*NUMÉRO 4*

Nos députés sont des rigolos. Si si, je vous assure. Après que Claude Bartolone a appelé Josette Pons (PS) « Monsieur », elle réagit: « Cela dit, c’est aussi la première fois que l’on m’appelle ‘monsieur’! » Ses collègues n’allaient pas manquer cette occasion de faire les guignols:

    Yann Galut (PS): « C’est la loi du genre! »
    Hervé Mariton (UMP): « La théorie du genre! »
    Philippe Gosselin (UMP): « Le gender est à l’oeuvre! »

*NUMÉRO 3*

Jacques Bompard (ancien FN, non inscrit) en Père Castor bienfaiteur de l’humanité.

    « Vous niez l’altérité humaine, au nom d’une identité inexistante entre l’homme et la femme. En effet, vous êtes prisonniers de la théorie du genre, qui est parfaitement totalitaire car elle nie la réalité des sexes, leur existence, leur fonction et bientôt leur utilité physiologique. Ce dogme nie par suite les besoins qu’ont les enfants d’une mère et d’un père. 
    Voyons quelques exemples des résultats de cette utopie. Un chanteur célèbre dit en parlant de son fils adoptif Zacharie : « Il sera dévasté lorsqu’il grandira et se rendra compte qu’il n’a pas de mère. » Ce père adoptif n’a pas le même avis que vous, les tenants de la loi sur le mariage pour tous.
    Autre exemple donné par deux scientifiques américains, Saakvitine et Eisold, qui ont étudié le cas d’un petit garçon adopté par un couple homosexuel. L’enfant identifiant la femme de ménage comme sa mère, celle-ci est renvoyée. L’enfant est alors suivi par un psychiatre qui se rend compte que le jeune garçon fait des économies. Quand il l’interroge, l’enfant répond qu’il fait des économies pour s’acheter une autre maman.
    Voici la vraie question posée par cette loi : doit-on accepter de forcer un enfant à vivre cela pour faire plaisir à des adultes, pour vous faire plaisir à vous ? »
Tout est dit

Tout est dit

*NUMÉRO 2*

Vous pensiez avoir tout vu? C’est que vous avez échappé aux réflexions philosophico-what-ze-fuck de Nicolas Dhuicq (UMP).

    « Depuis que l’homme est homme, il nomme les choses. Et c’est par le nom qu’il les crée. Il fut un temps où seuls les puissants avaient le droit de porter un nom. Vous acculturez les populations et détruisez l’histoire en permanence. Cette œuvre de destruction, vous la poursuivez. Dans le même temps, vous n’avez que le mot égalité à la bouche. La République n’a pas de sexe. C’est la fonction qui oblige, non le genre. Lorsque nous interpellons les ministres du Gouvernement, ce n’est pas sur leur genre, sur leur comportement intime, c’est sur leurs fonctions. C’est parce que c’est la fonction qui prime que le français emploie un seul genre – le masculin – quand le latin en avait trois. Si la fonction l’emporte sur le genre, c’est par souci d’égalité et non pour des raisons liées à l’oppression des femmes. Il faudra vous le rappeler sans cesse. » 

gif_1

Alors alors. Tentative de décryptage.

1) « Depuis que l’homme est homme, il nomme les choses. Et c’est par le nom qu’il les crée. Il fut un temps où seuls les puissants avaient le droit de porter un nom. Vous acculturez les populations et détruisez l’histoire en permanence. Cette œuvre de destruction, vous la poursuivez. »
La majorité parlementaire fait œuvre de destruction parce que… parce que… elle ne nomme pas les choses. (J’ai bon?)

2) « Dans le même temps, vous n’avez que le mot égalité à la bouche. La République n’a pas de sexe. C’est la fonction qui oblige, non le genre. Lorsque nous interpellons les ministres du Gouvernement, ce n’est pas sur leur genre, sur leur comportement intime, c’est sur leurs fonctions. »
La majorité est obsédée par l’égalité alors que « la République n’a pas de sexe ». On ne considère pas les personnes en fonction de leur sexe (ou genre? faudrait savoir) mais de leur « fonction ». Ah, oui, et le « genre », c’est le « comportement intime » – comprendre: qui vous mettez dans votre lit.

3) « C’est parce que c’est la fonction qui prime que le français emploie un seul genre – le masculin – quand le latin en avait trois. »
Le passage que je préfère. Cher M. Dhuicq, il se trouve que le français emploie deux genre, le féminin et le masculin. Vous montrez cependant de manière éclatante où conduit la règle « le masculin l’emporte sur le féminin ». M. Dhuicq, êtes-vous féministe?

4) « Si la fonction l’emporte sur le genre, c’est par souci d’égalité et non pour des raisons liées à l’oppression des femmes. Il faudra vous le rappeler sans cesse. »
Ah, non, il n’est pas féministe. Mais je crois qu’on l’a perdu de toute façon.

*NUMÉRO 1*

J’ai une tendresse particulière pour le n°1, et pas seulement parce qu’il s’agit de Xavier Breton, celui qui évoque le plus la Théorie du Gender.

    « C’est notre exception philosophique française et nous en sommes fiers. Vous, vous êtes en train de vendre votre âme aux Anglo-Saxons, aux Américains et leur théorie du genre. Si, chers collègues, vous vous inscrivez complètement dans cette idéologie. Au moins, assumez-le. Nous, nous sommes fiers de l’exception française. »

gif_2

Gifs via le super tumblr de Dame Moustache: http://egalitariste.tumblr.com/

AC Husson

L’histoire en marche(s): quelques photos

Je n’ai pas beaucoup de temps pour le blog en ce moment, désolée donc pour les commentaires et mails en souffrance. J’écris un véritable article dès que je peux (rendez-vous compte! ça fait deux semaines! misère).

En attendant, voici quelques photos des manifestations du week-end du 26 janvier (personnelles, prises par des amies, par des lectrices/eurs du blog ou trouvées sur les internets) que je n’avais pas encore eu le temps de poster – ce qui me permet de rappeler que l’article 1er de la loi « Mariage pour tous » a été adopté par l’Assemblée Nationale, qui votera mardi après-midi pour ou contre l’adoption du projet, en attendant le passage par le Sénat.

Et parce qu’on ne s’en lasse pas: à 249 voix pour et seulement 97 contre, l’Assemblée a donc d’ores et déjà décidé que « le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe ».

Lyon, place Bellecour

Lyon, place Bellecour (avant le début de la manif, je précise. Parce qu’en vrai, on était trois millions.)


Vous voulez voir ma pancarte-carton de fer à repasser?

Vous voulez voir ma pancarte?


Lyon (merci Marion)

Lyon (merci Marion)


manif-5
Peut-être mon slogan préféré, Tolkien style.

Peut-être mon slogan préféré, Tolkien style.



Manif_pro_mariage_LGBT_27012013_23Manif_pro_mariage_LGBT_27012013_24
Manif_pro_mariage_LGBT_27012013_31
manif_twitter

« Dans l’amour des homosexuels »: personne n’est homophobe

Il faut se réjouir de la manifestation du 13 janvier – mais si, je vous assure. On a effectivement appris à cette occasion que s’opposer au mariage pour les couples de même sexe, ce n’est pas être homophobe. D’ailleurs, c’est celui qui dit qui y’est: c’est le gouvernement qui est homophobe, lui qui prétend réduire les homosexuel·le·s à leurs « instincts ».

Frigide Barjot, organisatrice de cette manifestation, a commenté sur BFM TV la mobilisation en déclarant qu’« un million de personnes se sont mobilisées dans l’amour des homosexuels ». On peut se demander ce qu’il en serait si ces personnes n’aimaient effectivement pas les homosexuel·le·s.

Le mot d’ordre de la manifestation était d’ailleurs aux bonnes moeurs anti-homophobes, et on a pu voir des slogans aussi touchants que « mariageophile, pas homophobe » (à prononcer la bouche en cœur et les yeux candides).

A noter aussi à gauche: « On veut du sexe pas du genre ». La genrophobie, elle, a visiblement bonne presse.

On peut donc « aimer les homosexuels » tout en considérant qu’ils/elles ne devraient pas avoir les mêmes droits que les hétéros. D’innombrables discours procèdent ainsi: il s’agit de 1) nier l’homophobie en affirmant qu’on accepte, voire qu’on aime les personnes concernées; et 2) leur refuser l’égalité des droits, en affirmant que cette question est distincte de l’homophobie. Pour le dire autrement: l’homophobie est une question psychologique (aimer, accepter, ou non); la question de l’égalité, elle, est arbitrairement exclue du champ de l’homophobie.

Qu’est-ce que l’homophobie, et pourquoi ces protestations?

Le terme « homophobie », apparu dans les années 1970, semble s’être imposé d’une telle manière que l’accusation d’homophobie est devenue un stigmate social: personne ne se revendique comme homophobe. En tout cas, la parole d’une personne s’assumant comme telle n’aurait aucune légitimité, ce qui justifie les protestations de Barjot, Boutin & co: il faut se dédouaner de cette accusation pour être en mesure de faire passer son discours pour légitime.

L’invention du terme « homophobie » a permis de mettre un nom sur des attitudes et des propos qui pouvaient jusque-là avoir droit de cité, faute de langage pour les dire et les condamner. Ce terme permet de donner une existence concrète à ce qui relevait jusque-là du ressenti et de l’informulé, comme l’ont fait en leur temps « racisme » (début du XXème siècle) et « sexisme » (début des années 1960). En devenant une réalité concrète, l’homophobie est peu à peu tombée, comme les autres discriminations, sous le coup de la loi (1). Elle fait aussi l’objet d’actions politiques de sensibilisation et de prévention (2).

Dans L’inversion de la question homosexuelle, le sociologue Eric Fassin constate que « nul n’ose aujourd’hui défendre l’homophobie » (p. 63). « Aujourd’hui », c’est-à-dire dans les années 2000, juste après les débats sur le PaCS et, déjà, le mariage pour les couples de même sexe, débats que le sociologue analyse.

Ce constat intervient dans un chapitre qui tente une définition de l’homophobie, définition très complexe à établir en raison de sa nature politique. Le sens du terme hésite selon lui actuellement entre deux pôles:

    – le pôle psychologique, relevant du registre individuel: l’homophobie se définirait comme le rejet des homosexuel·le·s et de l’homosexualité;

    – le pôle idéologique, relevant du registre collectif: l’homophobie comme défense de l’inégalité des sexualités. Dans ce sens, on parle aussi d’#171;&hétérosexisme ».

Pour Eric Fassin,

    Dans les débats actuels [sur le PaCS], l’accusation d’homophobie s’appuie sur la deuxième définition (l’inégalité); mais en retour, la disculpation se fonde sur la première (la phobie). C’est un argument qui est attaqué, au nom de l’égalité des sexualités; mais la contrattaque est une défense de la personne, qui se dit soupçonnée à tort d’être homophobe […]. Ce « malentendu » autorise donc à se justifier de hiérarchiser les sexualités en plaidant que, personnellement, on aime beaucoup les homosexuels. C’est d’ailleurs la même ambiguïté, entre idéologie et psychologie, qui permet, politiquement, de [tenir] le langage de la compassion, de la tolérance, voire de l’affection.

En d’autres termes, les débats autour du PaCS à la fin des années 90 ou sur le mariage pour tou·te·s aujourd’hui permettent de mesurer l’écart entre des dispositions psychologiques revendiquées (« je n’ai rien contre les homosexuel·le·s ») et une idéologie (« mais je ne veux pas qu’ils/elles aient les mêmes droits que moi »). L’accusation d’homophobie porte avant tout sur son caractère idéologique; la réponse, elle, est de caractère psychologique. Un dialogue de sourds, en somme.

Il est donc important de montrer en quoi ces deux définitions de l’homophobie se rejoignent. Surtout, il importe de mettre l’accent sur le fait que l’idéologie inégalitaire ne peut se distinguer de la haine de l’homosexualité; comme l’écrit Eric Fassin,

    si la société nous enseigne, par le droit et les moeurs, l’infériorité de l’homosexualité, comment l’aversion homophobe n’en découlerait-elle pas naturellement? Autrement dit, il n’est pas besoin de postuler l’intention homophobe pour conclure aux conséquences de l’inégalité des sexualités: on aura beau aimer les homosexuels, le refus de l’égalité reste au principe de l’homophobie.

Une homophobie qui ne dit pas son nom

Est-ce à dire que, l’homophobie n’étant plus acceptable et même possiblement pénalisable, il n’y a plus d’homophobes? Bien sûr que non: de même que le sexisme et le racisme, l’homophobie a encore de beaux jours devant elle. Tout au moins fait-elle l’objet d’une réprobation suffisamment consensuelle pour ne plus s’afficher aussi ouvertement qu’auparavant.

L’homophobie doit donc trouver des chemins détournés pour s’exprimer, comme par exemple le discours (soi-disant) scientifique. On s’appuiera sur l’anthropologie, notamment, pour ériger la différence des sexes dans le couple et dans la filiation en principe indépassable et en invariant universel, contre l’évidence anthropologique même, à savoir l’existence de couples et de familles homosexuels (3).

L’impossible justification politique

Le consensus autour de la stigmatisation de l’homophobie a une autre conséquence: il n’est pas possible de justifier le refus d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe par des arguments politiques. Pour les partisan·e·s de cette ouverture, il s’agit d’obtenir l’égalité des droits. Or les arguments contre ne peuvent se situer sur le même terrain: difficile de répondre « je ne veux pas de l’égalité des droits » (même si bien sûr c’est de cela qu’il s’agit). A la place, on invoquera des arguments ne relevant pas a priori de l’idéologie, mais de la religion, de l’anthropologie, d’une vision de la nature, etc.

On assiste donc, à nouveau, à un dialogue de sourds: les anti-«mariage pour tous » ne répondent pas aux arguments politiques des pro; en retour, les pro ne peuvent pas se situer sur le même terrain que les anti, car il serait absurde et hors-sujet de justifier l’ouverture du mariage en arguant qu’elle n’est pas contraire à la religion ni aux lois de la nature.

Un dialogue de sourds, mais non pas une situation symétrique. Ce n’est pas que nous refusons d’entendre que ceux et celles d’en face ne sont pas homophobes: nous savons qu’ils/elles le sont. Leur malhonnêteté consiste à jouer sur les mots et à adapter la définition de l’homophobie à leurs besoins, une manœuvre qu’il est essentiel de dénoncer.

AC Husson

—– Notes

(1) Depuis 2002, la discrimination à l’embauche en fonction de l’orientation sexuelle est interdite, de même que le harcèlement sur le lieu de travail pour le même motif. Depuis 2004, les propos discriminatoires tenus publiquement, ce qui inclut les propos homophobes, sont eux aussi réprimés.

(2) En 2008, le ministre de l’Éducation Nationale Xavier Darcos annonce un plan de la lutte contre toutes formes de discriminations, dont l’homophobie, en milieu scolaire; en 2012, le ministère des droits des femmes a mis en place un « programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ».

(3) Sur ce sujet, voir E. Fassin, « La voix de l’expertise et les silences de la science dans le débat démocratique », dans Au-delà du PaCS (cf. bibliographie ci-dessous).

—– Pour aller plus loin

FASSIN, Eric ([1999] 2001), « La voix de l’expertise et les silences de la science dans le débat démocratique », Au-delà du PaCS: l’expertise familiale à l’épreuve de l’homosexualité, D. Borrillo, E. Fassin et M. Iacub (dir.), Paris, PUF.

FASSIN, Eric (2005), L’inversion de la question homosexuelle, Paris, Editions Amsterdam.

Du même auteur, en ligne:
« Le mariage pour tous… au cas par cas ! »
« L’Eglise catholique, au mépris du droit » (tribune dans Le Monde)
« Du Pacs au « mariage pour tous » : enjeux sociaux et politiques » (conférence)

Quand le politique tente de censurer la recherche

Edit 14/12, 22h50: pour plus de clarté, j’ai remplacé dans le titre « contrôler » par « censurer ».

Le 7 décembre 2012, les député·e·s UMP Virginie Duby-Muller et Xavier Breton ont présenté à l’Assemblée Nationale une « Proposition de résolution demandant la création d’une commission d’enquête sur l’introduction et la diffusion de la théorie du gender en France ».

Cette proposition de résolution intervient alors que font rage les débats sur le « mariage pour tout·e·s », présenté par les deux signataires comme une conséquence de l’influence de la « théorie du gender ». L’initiative a fait l’objet d’un écho assez faible dans les médias, qui soulignent son lien avec la polémique lancée en 2011 par des traditionalistes et conservateurs milieux catholiques, déjà relayée à l’époque par 80 déput·e·s UMP. L’un d’eux avait même demandé une enquête de la Miviludes, l’organisme chargé de la lutte contre les sectes.

Comme en 2011, le traitement médiatique de cette polémique se caractérise par la reprise généralement non critique du vocabulaire des opposants au « gender ». On retrouve ainsi dans de nombreux titres et articles les expressions « théorie du gender » et « théorie du genre », même quand le contenu est favorable aux études de genre. Ces expressions ne viennent pas des études de genre, et pour cause: une telle théorie n’existe pas. Je reviendrai sur cette question dans un prochain article. En outre, le traitement médiatique de ce débat est traversé par l’expression de l’« inquiétude » des opposant·e·es aux études de genre. On remarque donc que les polémistes réussissent à imposer non seulement leur vocabulaire (absurde), mais aussi une certaine vision du débat (vecteur d’«inquiétude » et de « bouleversements »).

Diagnostiquer…

Le texte de la proposition de résolution est disponible sur le site de Mme Duby-Muller. Il en détaille les motifs et commence par un paragraphe qui se donne des allures de description scientifique:

    Notre société est organisée à partir de la différence sexuelle « anatomique » homme/femme, et de son expression culturelle, le genre masculin/féminin, qui lui correspond. Le genre peut être considéré comme le résultat de processus historiques et culturels ; il se réfère à des comportements, des fonctions et des rôles que chaque société assigne à chaque sexe.

L’affirmation d’emblée d’une différence sociale fondée en nature relève d’une rhétorique maintenant habituelle et d’une logique irrecevable (expliquer une situation sociale par des données qui ne relèvent pas du champ du social). Mais surprise: le terme « genre » est employé, avec une définition qui serait à peu près acceptable si elle n’était pas fondée sur la reconduction de l’opposition nature / culture. La logique qui consiste à nier la légitimité d’un champ de recherches en reconnaissant pourtant la validité de son concept central est pour le moins retorse. C’est en fait, on s’en doutait, parce que les personnes à l’origine de ce texte n’ont absolument rien compris aux études de genre.

L’illogisme se poursuit et s’amplifie. Le texte admet l’intérêt des études de genre:

    il peut être tout à fait intéressant de s’interroger, à travers l’Histoire, sur les différences non biologiques entre hommes et femmes, en cherchant la racine et les causes des inégalités observées

pour ensuite objecter (et c’est là que cela se corse):

    [m]ais progressivement ces gender studies ont intégré la théorie du gender dans leurs travaux.

Je dois dire que j’ai été prise d’un fou rire en lisant cette phrase. Mais comme elle a été prononcée à l’Assemblée Nationale, par des élu·e·s du peuple, peut-être faudrait-il plutôt en pleurer. Au cas où cela vous aurait échappé, il est évidemment impossible de séparer gender studies et « théorie du gender », puisque le « gender » est le concept central des gender studies. (Je n’arrive pas à croire que j’ai écrit cette phrase.)

On retrouve ensuite les arguments rodés pendant la « querelle du genre » de 2011, avec leur lot de contresens, de déformations et de caricatures (volontaires?), très bien analysés par Anthony Favier dans une série d’articles consacrés à la question (« La querelle autour du nouveau programme de biologie de 1ère », 1-12). La conséquence redoutée et constamment agitée par les polémistes anti-genre, c’est « l’indifférentiation des sexes ». On prête à la « théorie du gender » un pouvoir tel que, si elle était « introduite » en France, elle pourrait provoquer « une rupture majeure de notre société et […] un bouleversement pour l’ensemble des Français ». Le texte dépeint ce « bouleversement » comme imminent: en effet, la « théorie du gender » s’est déjà infiltrée dans nos universités, dans les programmes scolaires, mais aussi dans les domaines suivants: « politique de la petite enfance, éducation, […] droits des femmes, droit de la famille, droit social, administration, Justice ».

Le tout s’apparente fort à un complot, américain de surcroît. L’emploi de l’anglais « gender » et le refus d’utiliser la traduction française « genre », pourtant largement acceptée aujourd’hui, témoignent de la volonté de désigner la « théorie du gender » comme une importation américaine (à rejeter, donc). La France doit résister à cette invasion discrète, à l’«introduction » en France de la « théorie du gender », « imposée en catimini », à son «apparition » dans les manuels scolaires et sa « pénétration [sic] […] dans l’ensemble de notre pays ».

Après une telle démonstration, pas anxiogène pour deux sous, une conclusion s’impose: une commission de trente déput·e·s devra

    établir précisément les vecteurs de promotion de la théorie du gender dans notre pays – [et] en évaluer les conséquences pour la collectivité nationale.

… pour mieux contrôler

De quoi parle-t-on ? D’un champ d’études, les études de genre, qui prend pour objet l’aspect social de la dichotomie femme / homme en s’appuyant sur le concept de « genre ». L’objectif est d’expliquer en quoi cette bipartition implique une hiérarchie et donc, des inégalités concrètes. C’est cela que ces déput·e·s et les polémistes anti-genre fantasment comme une « théorie du gender ». Les études de genre se sont institutionnalisées dès les années 1980 aux Etats-Unis et beaucoup plus tardivement en France, ce qui explique sûrement tant d’incompréhension et d’erreurs, mais certainement pas la volonté d’exercer un contrôle politique sur la recherche.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. En brossant un tel portrait des études de genre, ces polémistes cherchent à justifier l’injustifiable, à savoir tout bonnement la censure. Mais pourquoi s’attaquer aux études de genre? Qu’est-ce qui leur fait donc si peur? L’idée d’une « indifférenciation des sexes » est, je l’ai dit, un pur fantasme sur lequel reviendra un prochain article. Ce fantasme résulte d’un contresens fondamental sur les idées de chercheurs et chercheuses comme Judith Butler, constamment caricaturée et utilisée comme épouvantail.

Au-delà de ce spectre de l’indifférenciation des sexes, ce qui effraie, c’est la mise en évidence des mécanismes de hiérarchisation et de domination qui fondent la bipartition femme / homme – en clair, les causes des inégalités sociales. On retrouve cette peur à deux occasions dans le texte de la proposition:

    Si toute lutte contre les discriminations fait, a priori, l’unanimité, il faut toutefois s’assurer que l’argument avancé ne sert pas un objectif qui ne dit pas son nom, celui de généraliser l’introduction en France de la théorie du gender, dans son sens subversif de l’indifférenciation des sexes qui pourrait inspirer notre législation.
    Qui peut nier qu’à fonction égale, la femme doit avoir le même salaire qu’un homme, mais devrait-on alors lui supprimer tout congé de maternité pour le même motif ?

Les deux phrases fonctionnent de la même manière: concession (l’égalité c’est bien, d’accord) – réfutation (mais derrière l’égalité, il y a le « gender », c’est-à-dire le déni de la biologie). La recherche de l’égalité est assimilée au processus insidieux du « gender »; conclusion, que fait-on en vue d’atteindre l’égalité? Rien. Trop dangereux, rendez-vous compte, on risquerait d’obliger des hommes à allaiter.

En cherchant à censurer la recherche et les études sur le genre, l’objectif est donc d’éviter toute remise en cause du statu quo, à savoir des inégalités fondées justement sur le genre. Chacun chez soi, le « gender » aux Etats-Unis, et les vaches françaises seront bien gardées.

Conclusion: démagogie et obscurantisme

Je me suis récemment énervée sur twitter à propos de cette banderole, dans le défilé de la « Manif pour tous » du dimanche 18 novembre:

"Mariage pour tous" = théorie du gender pour tous

« Mariage pour tous » = théorie du gender pour tous

Alors que je demandais comment on pouvait s’opposer à un champ de recherches, une twitta m’a répondu: « est-ce que n’est pas justement la définition de l’obscurantisme? » Très juste. L’obscurantisme, dans son sens premier, c’est une

    attitude, [une] doctrine, [un] système politique ou religieux visant à s’opposer à la diffusion, notamment dans les classes populaires, des ‘lumières’, des connaissances scientifiques, de l’instruction, du progrès.

Or à quoi assiste-t-on? A une polémique entretenue par des personnes n’ayant aucune légitimité scientifique sur ce sujet, n’ayant de toute évidence consulté aucun ouvrage de première main sur la question et prétendant en démontrer l’irrecevalibilité pour en interdire le développement. Le tout, arguments fallacieux, illogiques et souvent absurdes à l’appui. Mais bien sûr, ces personnes ont en tête le bien commun: « les Français sont en droit d’en être informés ». Il s’agit de faire prendre « conscience » aux « citoyens » de ce que […] représente [la « théorie du gender »] et des conséquences qu’elle entraîne », alors que « des associations » [sic] tentent de l’introduire « en catimini » en France.

J’ai réussi à écrire cet article jusqu’ici sans me mettre en colère mais là, j’ai du mal. Autant d’ignorance, de malhonnêteté et de démagogie me mettent hors de moi. Car comment qualifier autrement ce comportement et ces discours? Imagine-t-on un instant ces déput·e·s réserver le même traitement à la physique quantique, sous prétexte qu’elle remettrait en cause les fondements de nos croyances sur l’univers? L’objet des études de genre est social, et elles touchent aux structures de pouvoir dans la société. De toute évidence, de tels questionnements ne sont pas acceptables pour tout le monde.

AC Husson

Vu Lu Entendu – Spécial sport

Il paraît que les JO commencent ce soir. Il paraît. J’en ai même trouvé quelques échos dans la presse.

Si vous pensez que des articles ou des émissions pourraient trouver leur place dans cette sélection, n’hésitez pas à les suggérer en commentaire.

Classe affaires ou classe éco? Une question de genre

On en a pas mal parlé ces derniers jours: que ce soit pour le football japonais ou pour le basket australien, les conditions de voyage des équipes dépendent de leur genre. Devinez qui se retrouve en classe éco. L’équipe japonaise de football féminin, par exemple, est pourtant championne du monde et favorite pour les JO…

Pas de canoë-kayak pour les femmes

Dans cet article du journal britannique The Guardian, on apprend qu’il n’y aura pas d’épreuves de canoë-kayak pour les femmes, alors que cinq évènements sont organisés pour les hommes. Une championne britannique de la discipline estime ce choix discriminatoire et poursuit en justice les organisateurs des JO.

Doit-on exclure les pays qui voilent leurs femmes?

Le CIO a eu du mal à convaincre notamment l’Arabie Saoudite et le Qatar d’envoyer des athlètes féminines aux JO. Le principe de l’égalité a en effet été inscrit dans la Charte olympique… l’année dernière. Il est question de « soutenir la promotion des femmes dans le sport […] dans le but de mettre en œuvre le principe d’égalité entre hommes et femmes ». Pour la première fois, 45% des athlètes concourant sont des femmes (elles étaient 42% à Pékin). L’Arabie Saoudite a été le dernier pays à plier et enverra deux athlètes invitées par le CIO: la judoka Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkhani et la coureuse de 800 mètres Sarah Attar. Maryam Namazie, une militante d’origine iranienne, membre du Comité central de l’Organisation pour la libération des femmes, souhaite exclure des JO les pays qui voilent leurs femmes, au nom du respect de la Charte olympique. Elle compare le sort réservé aux femmes dans les pays pratiquant la Charia à l’apartheid en Afrique du Sud et rappelle que ce pays a été exclu des JO en 1970 à cause de sa politique raciale.

Le port du voile autorisé pour les joueuses de football dans toutes les compétitions

Il s’agit d’une nouvelle règle, promulguée ce mois-ci par l’International Football Association Board (Ifab) et concernant les compétitions de la Fédération internationale de Football (Fifa). Pour les JO comme pour les compétitions de la Fifa, le port du voile pose problème dans la mesure où il va à l’encontre du principe de neutralité politique, religieuse et raciale.

La boxe féminine devient discipline olympique

Alors que la boxe anglaise est discipline olympique depuis plus de 100 ans, la boxe féminine ne fait son entrée dans les Jeux que cette année. Fabienne Broucaret (auteure de Le sport féminin, dernier bastion du sexisme?) note cependant qu’on ne peut pas parler d’égalité, puisque la discipline propose trois catégories pour les femmes contre dix pour les hommes.

Enjeux financiers et éthiques

Les enjeux financiers des JO sont évidemment multiples, mais il en est un bien spécifique: celui de la prostitution. L’historienne Malka Marcovich, militante pour les droits des femmes et anti-prostitution, souligne qu' »il n’existe pas de rencontres sportives de grande ampleur sans une forme de prostitution plus ou moins visible », pour les joueurs et les supporters. Selon elle, cela participe d’un climat de sexualisation outrancière des femmes et de violence sexiste dans le milieu du sport.

Je précise que je prends pas ici parti dans le débat sur la prostitution. Il me paraît cependant important d’évoquer le lien entre prostitution et grands évènements sportifs. Je n’ai pas trouvé d’article pour faire contre-poids, toutes les suggestions sont les bienvenues.

Les tests de féminité, ou le soupçon

Vous vous souvenez peut-être de l’affaire Caster Semenya. Cette coureuse sud-africaine, qui a remporté la finale du 800m aux Championnats du monde d’athlétisme de Berlin en 2009, s’était vue infliger un test de féminité. La raison? Des « doutes visuels » émis par le patron de la Fédération internationale d’athlétisme. Cette affaire avait mis sur le devant de la scène une pratique très ancienne: la vérification du sexe d’une athlète, autrement appelée « test de féminité », ou plus récemment « contrôles de genre ». Cette dernière appellation masque cependant le fait que le procédé est uniquement destiné aux femmes athlètes, plus précisément à celles dont les prouesses jettent le trouble sur leur identité sexuelle. Il a été créé pour éviter que des hommes ne trichent en concourant dans la catégorie féminine. Ce test pourra être pratiqué à Londres, ce qui fait polémique. Dans cette interview de 2009, la sociologue Catherine Louveau, spécialiste des questions de genre dans le sport, explique en quoi il s’agit d’une pratique sexiste et peu fiable, dans la mesure où elle ne prend notamment pas en compte le phénomène de l’intersexuation. Sans compter que le test est humiliant pour la personne concernée. Ce procédé questionne en outre les notions d »identité sexuelle et d’identité de genre et ce que la société y rattache. Selon elle, « Le procès de virilisation commence à partir du moment où les sportives sont « trop » : « trop » grandes, « trop » fortes, « trop » musclées, « trop » performantes ». On soupçonne un homme très performant d’être dopé; pour une femme, on l’accuse d’être masculine (souvenez-vous d’Amélie Mauresmo), voire d’être un homme.

AC Husson

Pour aller plus loin
Fabienne Broucaret, Le sport féminin, dernier bastion du sexisme?, Michalon, 2012. Vous pouvez aussi visiter son blog, Sportissima.
Thierry Terret (dir.), Sport et genre XIXe – XX e siècles . La conquête d’une citadelle masculine (sous la direction de Thierry Terret), L’Harmattan, 2005. Notamment l’article « Le test de féminité, analyseur du procès de virilisation fait aux sportives », écrit par Caroline Louveau et Anaïs Bohuon.