Appel à témoignages: violences médicales en gynécologie-obstétrique

Une note très rapide avant de revenir (promis!) avec des billets plus conséquents.

La journaliste Mélanie Déchalotte, qui travaille pour la super émission « Sur les Docks » (France Culture), travaille sur un documentaire radio portant sur les violences médicales en gynécologie-obstétrique. La question du toucher vaginal sans consentement l’intéresse particulièrement, mais pas exclusivement.

Elle cherche pour cela à interviewer, de façon anonyme, des personnes prêtes à témoigner sur ce sujet, que ce soit en tant que patientes ou en tant que soignant·es (étudiant·es, docteur·es, sage-femmes, infirimier·es…).

Si cela vous intéresse, vous pouvez remplir le formulaire ci-dessous. Je collecterai les adresses mail et les enverrai à M. Déchalotte.

Pour info, cette journaliste fait de super documentaires comme « PMA pour les couples homosexuels. La filière belge », que j’avais déjà recommandé sur ce blog. Et si le sujet vous intéresse, je vous rappelle que j’ai ouvert un tumblr pour collecter des témoignages sur le défaut de consentement dans la relation médicale: Je n’ai pas consenti.

Publicités

Le consentement, point aveugle de la formation des médecins

Je relaie, sans modifications, le texte d’une tribune rédigée par Béatrice Kammerer, Clara de Bort de Marie-Hélène Lahaye – les signatures en moins.
Il est possible de signer cette tribune et la pétition qui l’accompagne.
Tous les détails et le texte original, avec les signataires, ici.

Doit-on enseigner aux jeunes médecins le toucher vaginal sur patientes endormies au bloc opératoire ? Les multiples déclarations reprises ces derniers jours dans un grand nombre d’articles viennent d’établir la réalité d’une pratique jusqu’alors largement niée. Selon les déclarations récentes de médecins, ces actes « n’auraient jamais existé », ou « auraient existé dans le passé mais ne seraient plus d’actualité », ou encore « existent effectivement et sont légitimes ». Bon nombre de professionnels de la santé et d’internes nous ont expliqué qu’ils doivent apprendre leur métier, et qu’il est préférable que la patiente ne sente rien, ne se souvienne pas que plusieurs inconnus sont passés la « voir ». Certains témoignages citent également les touchers rectaux, actes moins fréquents mais réalisés eux aussi à strictes fins d’apprentissage, sans vérification du consentement de l’intéressé. Ce n’est pourtant pas un geste anodin, ni pour le-a patient-e ni pour l’étudiant-e futur-e médecin.

Lire la suite