Quels sont les rapports entre sexe et genre?

Dans la lignée de mon article précédent sur le genre comme construction sociale, j’aborde maintenant la distinction entre sexe et genre qui fait partie, pourrait-on dire, de la doxa concernant le genre. Ce dernier est souvent présenté dans un rapport d’opposition avec le sexe, l’un se situant du côté du social, de la culture, et l’autre du côté du biologique, du naturel. On présente alors le genre à travers des rôles sociaux plaqués sur la différence des sexes, biologiquement constatée. Ce faisant, on reconduit une distinction entre nature et culture qui pose problème à plusieurs niveaux.

J’ai bien conscience d’aborder là un sujet épineux et très sensible, surtout dans le contexte actuel, où la fameuse « théorie du genre » se voit assigner toutes formes de tares – notamment celle de nier les différences entre les sexes. Je rappelle à ce sujet ce que j’écrivais dans mon dernier billet: les études de genre prennent comme point de départ les différences constatées entre les représentations, rôles, valeurs, caractéristiques (etc.) attachées aux deux groupes sociaux que sont les hommes et les femmes. A partir de ce point de départ, les études de genre questionnent ces différences; et pour être en mesure de les questionner, il faut pouvoir les détacher d’une « nature » fantasmée, qui règlerait l’ensemble des « différences entre les sexes » et de leurs rapports.

Il s’agit donc de déterminer ce qui relève du social, du culturel, et ce qui relève de différences proprement biologiques, le territoire du biologique se réduisant à mesure que la compréhension du « sexe » et du « genre » progressent. Par exemple, il était largement admis, il n’y a pas si longtemps, que les femmes étaient naturellement (biologiquement) inaptes à exercer des mandats politiques ainsi que des métiers dits masculins comme les métiers d’avocat·e, de médecin, de professeur… (cf. Juliette Rennes 2007 – toutes les références sont citées en fin de billet). Cette position, qui n’a pas complètement disparu, est cependant aujourd’hui très difficile à défendre. Mais les frontières entre le « naturel » et le « culturel » en ce qui concerne ce que l’on appelle communément la différence des sexes n’est pas fixée, elle continue à se déplacer et à être interrogée.

Lire la suite

Publicités